Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Chaleur et poussière (Otages)

Venant après Le navire obscur et surtout Un voleur de Bagdad, le dernier roman de Sherko Fatah constitue une sévère déception. Son précédent livre nous emportait sur un tapis volant dans le Bagdad des années 30 ; Otages nous plonge dans le désert irakien aux basques d'Albert, l'étranger (allemand) et Osama, le local, tous les deux captifs de ravisseurs indéterminés et qui changent constamment. Ce huis-clos en mouvement, car l'on bouge beaucoup d'un endroit à un autre du sud de l'Irak, est l'occasion de confronter deux personnages d'âge et de culture différente, irréconciliables dans leur philosophie de la vie et, plus prosaïquement, sur l'évolution de la situation en Irak. En théorie, en sus du suspense (les deux otages parviendront-ils à s'en sortir ?), le livre devrait être bourré de tension et riche en échanges entre Albert et Osama. Sauf que Fatah part souvent dans de longues digressions sur le passé des deux hommes dont l'intérêt, il faut bien le dire est très relatif. Quelque chose ne fonctionne pas dans ce roman aux péripéties répétitives dont le mélange entre action et contemplation fatigue à la longue par son côté systématique. Dans la chaleur et la poussière rien de vraiment passionnant n'émerge dans le dialogue de sourds entre les représentants de deux mondes qui ne se comprennent pas.

 

9791022606974FS.gif

 

L'auteur :

AVT_Sherko-Fatah_2287.jpeg

 

Sherko Fatah est né le 28 novembre 1964 à Berlin-Est. Ses 5 romans ont été traduits en français dont Le navire obscur et Un voleur de Bagdad.



29/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres